Investir en Roumanie Investir en Roumanie  
 
Vous êtes dans Accueil Actualités Archives actualités Archives actualités Juillet 2008

Les PME françaises devraient prendre l’exemple de l’Italie


Le  lundi 28 juillet 2008

"Plus de 40 grandes entreprises françaises sont actuellement en activité en Roumanie et les relations d’affaires franco-roumaines sont extrêmement positives », a déclaré Dan Bedros, président de la Chambre de commerce franco-roumaines, en même temps directeur de la société Alcatel. Il affirme que les entreprises françaises jouissent de l’ouverture du climat d’affaires de la Roumanie en général et qu’ils existent de moins en moins de difficultés à l’implantation, parce que le marché absorbe immédiatement l’offre.

"Bien sûr, les classiques obstacles auxquels se heurtent les investisseurs sont le manque d’infrastructures, la performance des systèmes d’assainissement et d’approvisionnement en gaz, des problèmes avec les administrations locales, qui sont encore dominés par la bureaucratie", a-t-il dit encore.

Environ 13% des PME en Roumanie sont enregistrés au nom de citoyens étrangers, le capital social de celles-ci étant, en moyenne, deux fois plus élevé que celui enregistré dans le cas des entreprises locales, note Ovidiu Nicolescu, président du Conseil national de l’entreprise privée Les petites et moyennes entreprises (CNIPMMR).

"Les sociétés étrangères couvrent tous les domaines d’activité dans l’économie, mais comme les sociétés roumaines, dans les secteurs des PME, les étrangères sont actives principalement le commerce et les services », a déclaré Ovidiu Nicolescu, cité par NewsIn.

Les plus nombreux patrons étrangers sont les italiens et les turques, selon les représentants de la Confédération des employeurs de l’industrie, le commerce et les services en Roumanie (CPISC).

"Dans notre pays, la plupart des PME avec des capitaux étrangers sont les Italiens, environ 18.000 entreprises, en particulier ceux qui travaillent dans des domaines tels que les services industriels », a déclaré Adrian Izvoranu, le directeur général de CPISC.


Page visitée 1054 fois. Version imprimable

Dans la même rubrique Trois lei par heure, le salaire minimum à l’automne en Roumanie
vendredi 18 juillet 2008

Bénéfice 11 fois plus élevé pour Oracle Roumanie
vendredi 25 juillet 2008

Global Finance : "Nous sommes focalisé sur les TI et les services financiers"
mardi 22 juillet 2008

 
 
...
...