Investir en Roumanie Investir en Roumanie  
 
Vous êtes dans Accueil Actualités Archives actualités Archives actualités Novembre 2006

Le soutien de la croissance économique et la compétitivité - les priorités de l’Exécutif pour les deux prochaines années


Le  mercredi 1er novembre 2006

Bucarest, 1 nov /Rompres/ - Le Gouvernement roumain se concentrera, les deux prochaines années, à soutenir la croissance économique en vue de réduire le décalage par rapport aux pays de l’Union européenne et oeuvrera à renforcer la compétitivité de l’économie roumaine, a déclaré, mardi, le Premier ministre Calin Popescu-Tariceanu, lors d’un forum sur des thèmes économiques organisé par The Economist.

’’La croissance économique doit être maintenue, afin de réduire le décalage par rapport aux pays de l’Occident et par rapport aux Etats de l’Europe centrale qui a été provoqué par le fait que la Roumanie a eu une plus longue période de transition de 15 ans. Une deuxième priorité du Gouvernement sera le renforcement de la compétitivité de l’économie par le maintien d’une main d’oeuvre bon marché et l’accroissement des investissements dans l’éducation, la recherche et la formation professionnelle’’, a indiqué le Premier ministre.

Calin Popescu-Tariceanu a dit que pour soutenir la croissance économique, l’Exécutif envisage la poursuite de la politique fiscale et du processus de désinflation qui sera plus rapide que les attentes antérieures.
Le Premier ministre a prévu une croissance économique supérieure à 7 pc pour cette année.

Calin Popescu-Tariceanu a dit que l’adhésion à l’Union européenne apporterait de nombreux avantages pour ce qui est de l’accroissement de la compétitivité de l’économie roumaine.

’’L’adhésion à l’Union européenne entraînera des réimplantations d’affaires en Roumanie, la reprise de la culture corporatiste occidentale, ainsi que des ressources importantes en matière d’investissements provenant des compagnies étrangères’’, a relevé Calin Popescu-Tariceanu.
Le Premier ministre a également mis en évidence les risques de l’adhésion - la restructuration de certaines affaires, la perte de certains emplois, ainsi que le risque de l’augmentation du coût de la main d’oeuvre.

’’La Roumanie table sur une main d’oeuvre relativement bon marché afin de soutenir la croissance économique en attirant des investissements étrangers, mais l’adhésion pourrait provoquer une augmentation du coût de la main d’oeuvre’’, a indiqué le Premier ministre.

L’officiel a dit que le secteur des confections serait confronté à une crise par la perte de 60 000 emplois environ au cours de la période 2005-2006, mais le Gouvernement devrait allouer au cours de la période 2007-2013 environ trois milliards d’euros, qui permettraient la création de 900 000 emplois environ.
L’Exécutif souhaite également poursuivre la réforme de l’administration publique, la hausse des salaires des fonctionnaires publics et le renforcement des administrations locales.

’’Une efficience accrue de l’activité de l’administration publique et des institutions publiques rendra également possible une baisse du nombre de salariés dans ce secteur’’, a relevé le Premier ministre. Pour soutenir le climat économique, le Gouvernement souhaite mettre en oeuvre une loi sur les investissements et le système de l’approbation tacite.

En même temps, les sommes allouées à l’éducation et à la formation professionnelle devraient faire contre-poids au rechérissement de la main d’oeuvre. Le Premier ministre a dit que l’éducation allait recevoir environ 5,2 pc du PIB sur le buget pour l’année prochaine, une hausse de plus de trois fois, cependant que le budget de la recherche a augmenté de plus de 50 pc, par rapport à 2005.

Le Premier ministre a relevé que l’Exécutif avait prouvé qu’il pouvait soutenir seul la politique de croissance économique, en évitant, à la fois, les déséquilibres macroéconomiques, comme l’illustrent les affirmations des représentants du Fonds Monétaire International, qui auraient voulu passer un accord avec l’Etat roumain, après qu’ils eurent renoncé à le faire.

’’Lors de mes discussions avec les représentants du Fonds, ils m’ont dit qu’ils regrettaient le fait de ne pas avoir voulu conclure un accord avec la Roumanie s’ils avaient su que le Gouvernement tiendrait parole concernant les mesures économiques’’, a dit le Premier ministre.ROMPRES


Page visitée 534 fois. Version imprimable

Dans la même rubrique Les groupes-réacteurs 3 et 4 de la Centrale de Cernavoda seront mis en service en 2013
vendredi 17 novembre 2006

La Roumanie pourra exporter vers les pays de l’UE des produits agroalimentaires d’origine animale, après l’intégration à l’UE
vendredi 10 novembre 2006

L’euro coté à 3,51 lei, le 1er novembre
mercredi 1er novembre 2006

 
 
...
...