Investir en Roumanie Investir en Roumanie  
 
Vous êtes dans Accueil Articles et analyses Archives articles

La vie dans les multinationales implantées en Roumanie


Le  samedi 3 juin 2006

9 mai 2006 - traduction du roumain en français depuis (c) www.evz.ro (Site du quotidien roumain "Evenimentul Zilei")

Andreea Ofiteru (journaliste chez "Evenimentul zilei")

(c) www.investir-roumanie.com pour la traduction


Tous nos remerciements pour la traduction à Mlle. Aura VASILE, juriste roumaine du Droit international des affaires à Orléans. Cliquez sur son nom pour envoyer un courrier électronique à cette personne cherchant un poste en tant que juriste dans une société franco-roumaine.


Le travail dans un environnement occidental et le système de promotion au mérite change le regard des jeunes.

La culture organisationnelle, la sûreté du travail et le sérieux du management sont les principales raisons pour lesquelles la jeunesse roumaine préfère travailler dans une compagnie multinationale, même si elle doit s’adapter aux rigueurs occidentales.

Les spécialistes des ressources humaines estiment que l’équité dans l’avancement, pratiquée par les entreprises étrangères pousse les jeunes à persévérer et à aspirer à une carrière de succès.

De plus, d’un point de vue financier : "400 euros provenant d’une entreprise étrangère sont mieux perçus que la même somme provenant des entreprises roumaines, à cause du statut et du prestige de l’entreprise, car les employés sentent que dans la multinationale ils entrent dans un système objectif d’évaluation", estime Adrian CIOCODAN, directeur général de l’entreprise de recrutement Smartbox.

Une fois acceptés dans une entreprise multinationale, les jeunes doivent totalement changer leur mode de vie : en commençant par leur façon de s’habiller et jusqu’ à la façon de saluer leur collègues. Afin de mieux s’adapter, la plupart des entreprises étrangères ont des programmes spéciaux concernant l’intégration des nouveaux employés. Réussissent ceux qui ont une forte personnalité.

Coca-Cola, Bancpost, Raiffeisen, Orange, Automobiles Bavaria sont seulement quelques unes des entreprises recherchées par les jeunes roumains.

Les entreprises étrangères forment leurs employés selon les modèles occidentaux.

Orange. Guide pour les débutants

Ayant des filiales dans 17 pays du monde entier, Orange dessert plus de 50 millions de gens. En Roumanie elle a 2000 employés qui travaillent de 9.00 h jusqu’ à 18.00 h, avec une pause a midi. Pour les nouveaux arrivés il y a deux programmes : Induction Day et Fellowship Programme. Les employés ont une journée pour se familiariser avec la structure organisationnelle, l’histoire de la marque et les normes de protection du travail.

"Lors de son entrée dans l’entreprise, tout nouvel employé a besoin d’un "guide" pour l’orienter chez Orange, qui puisse lui répondre aux questions, lui offrir de l’aide et même un exemple personnel. Ce guide est le "fellow", un collègue ayant de l’expérience, une performance élevée et de bonnes capacités de communication. Le nouvel arrivé peut apprendre non seulement des choses liées à son travail, mais aussi les choses non écrites et les valeurs de l’entreprises, et il peut mieux s’intégrer dans l’équipe", affirme Dana RADULESCU - Jobs&Mobility Manager chez Orange Romania.

Coca-Cola. Formés par les occidentaux

Présente dans 26 pays du monde entier, Coca-Cola emploie en Roumanie plus de 3.000 salariés. Les horaires de travail sont de lundi au jeudi, entre 8.00 h et 17.00 h, et jusqu’ à 14.30 le vendredi. Chaque employé organise son temps de travail en fonction de ses propres besoins.

Même s’ils travaillent dur et qu’ils s’efforcent d’apprendre de plus en plus, les nouveaux employés de Coca-Cola estiment que l’expérience dans l’entreprise les rend plus matures et leur apprend à adopter une attitude plus "bussines". Leur vie change à la suite de leur contact avec les personnes venues de l’étranger.

Au début, les non-initiés entrent dans un système de "mentorship" - après avoir détermine leur profil psychologique, ils sont accompagnés par des personnes ayant de l’expérience dans l’entreprise et les mêmes affinités qu’eux. Ils deviennent des "trainees" et sont attentivement suivis par les managers.

"L’avantage d’une multinationale est le "know-how" importé de l’étranger. On peut rencontrer des personnes qui viennent d’un environnement extérieur au sien et qui ont une autre façon d’aborder les choses. Le travail dans une multinationale rend plus vite mature. De plus, ici les jeunes sont traités sur un pied d’égalité avec ceux qui sont plus expérimentés. Tout le monde s’appelle par le prénom, rendant la communication avec les managers plus facile", affirme Tatiana MITROI, 23 ans, licenciée en Finances Banques.

"Une entreprise forte a un grand impact sur la société et cela nous rend plus responsables vis-à-vis de ce que l’on fait et ce que l’on dit", ajoute Madalina ZAHARIOIU, qui, au 1er mai, a fini l’étape de "trainee".

Bancpost. Attention aux habits !

L’entreprise fait partie du groupe grec Eurobank Ergasis, présent en Europe de l’Est. Il a 155 filiales en Roumanie et 3.300 employés. Les horaires de travail sont de lundi au vendredi, de 9.00 h, à 17.00 avec une pause à midi de 30 minutes.

Immédiatement après avoir été embauchés, les jeunes entrent dans un programme de training par lequel ils sont mis au courrant sur les principales politiques de la banque, sur le code de bonne conduite et sur les déclarations de confidentialité. Les femmes doivent être maquillées de façon accentuée, mettre des vêtements classiques, et les hommes ont pour consigne de mettre des chemises, chaussettes et costumes assortis.

"La moyenne d’âge de nos salariés est de 39-40 ans. Lorsqu’on embauche une personne, on s’intéresse à son attitude et à son désir d’apprendre", affirme Camelia BULIGOANEA, manager en développement des ressources humaines. Habillés tout le temps en costume, les jeunes banquiers sont sûrs d’eux-mêmes et sobres. La plupart des employés ont fait des études en économie, mais il existe aussi des postes pour lesquels cela n’est pas nécessaire.

"Dans une grande entreprise on a le sentiment de la récompense quand on voit les résultats obtenus. Ici je peux très bien utiliser les connaissances acquises à l’université", estime Eugen BRADEANU, qui, à 26 ans a été promu manager du développement des produits. Sa collègue, Andreea VINTILA, a 22 ans et elle est trainer sur les problèmes lies au service clients.

"Même si j’ai eu un diplôme en Langues étrangères, il a été facile pour moi de m’adapter au style de la banque. On travaille beaucoup, mais on trouve des compensations quand le travail fait est apprécié", affirme Andreea.

Raiffeisen Bank. A son propre compte

Représentée dans 15 pays de toute l’Europe, la banque autrichienne a plus de 23.000 salariés. Quand ils sont embauchés dans l’entreprise, les nouveaux employés suivent un cours de e-learning, grâce auquel ils sont familiarisés avec l’ensemble des règles et des standards qu’ils doivent respecter.

"Pour ceux qui ont leur premier job, la période d’adaptation est plus longue et suppose l’apprentissage d’une certaine façon de travailler avec une orientation vers les résultats et l’intégration dans l’équipe", affirme Mihaela GHEORGHE, directeur des ressources humaines. Elle affirme que dans cette entreprise les jeunes travaillent de façon rationnelle afin d’atteindre leurs objectifs, ils apprennent à travailler ensemble, à résoudre les situations problématiques rencontrées, sans demander l’aide de leurs supérieurs.

"Le travail dans une multinationale présente beaucoup d’avantages, mais suppose aussi des responsabilités qui s’étendent en dehors du travail", estime Mihnea DUMITRU, trainee chez Raiffeisen depuis 2005. Pour lui, la période d’adaptation a duré 9 mois, pendant lesquels il s’est familiarisé avec à peu près tous les départements et les activités afférentes à la banque.

JTI. Des avancements à l’étranger

Japan Tobacco International produit et commercialise 90 marques de cigarettes dans plus de 120 pays. Les employés de la compagnie doivent travailler beaucoup, avec enthousiasme et être disponibles à tout moment quand on a besoin d’eux. "Ce n’est pas la personne en tant que telle qui importe, mais la personne en tant que représentant de la compagnie", affirme Gilda LAZAR, directeur corporate affairs.

Elle affirme que les salariés ont la possibilité d’apprendre beaucoup de choses de leurs collègues d’autres pays, qu’ils rencontrent de façon périodique, mais ils peuvent aussi beaucoup voyager.

Un grand avantage est aussi la promotion pouvant être obtenue dans d’autres pays et à des fonctions beaucoup plus importantes. La façon de travailler est importée de l’étranger, de sorte qu’il n’y a pas de style "roumain" à l’intérieur de l’entreprise.

Les jobs disponibles sont annoncés par voie interne. Les personnes extérieures à l’entreprise doivent passer par plusieurs modes de sélection. Il s’agit d’abord d’un CV et d’une lettre de motivation, retenus par une entreprise spécialisée dans le recrutement. Il y aura après un entretien avec les représentants de l’entreprise en question qui évaluent en priorité "l’attitude" des candidats. Ceux qui réussissent l’entretien doivent passer un autre avec leur futur responsable.

Même si les horaires sont compris entre 9.00 h et 17.30 h, la plupart des employés quittent l’entreprise lorsqu’ils auront fini leur travail. Concernant l’avancement, celui-ci a lieu par voie interne, mais pour certains jobs sont sollicitées les personnes ayant déjà de l’expérience, attirées de l’extérieur.


Page visitée 3445 fois. Version imprimable

Dans la même rubrique Les mesures de plafonnement des taux ROBID / ROBOR stabilisent le marché et donnent de la confiance, affirment les banquiers
vendredi 21 novembre 2008

Le tabac et les voitures dans le top de croissance de la production industrielle
mardi 21 octobre 2008

Un bon manager réussit quelque soit le secteur où il activerait
lundi 3 novembre 2008

 
 
...
...