Investir en Roumanie Investir en Roumanie  
 
Vous êtes dans Accueil Articles et analyses

La Roumanie a un taux d’emploi de 60 % et le chômage incroyablement stable


Le  mercredi 2 octobre 2013

La Roumanie a un taux d’emploi de 60% , l’un des plus bas d’Europe, tout en enregistrant un taux de chômage incroyablement stable, à la fois pendant la crise et la croissance économique, a déclaré vendredi dernier (NDRL : le 30 septembre 2013) lors du Bucarest Forum, Alberto Leyton, team manager à la Banque mondiale.

Alberto Leyton a présenté les résultats d’ une étude réalisée par la Banque mondiale (BM) qui montre que la Roumanie a deux problèmes majeurs : le faible taux d’emploi et les compétences des travailleurs roumains.

« Un des problèmes est que, pendant le boom , les coûts salariaux ont augmenté, mais pas la productivité », a déclaré Leyton.

L’enquête a également montré que le pourcentage d’entreprises en Roumanie qui font de la formation professionnelle à leurs employés est très faible, et que, même si le nombre de diplômés universitaires a considérablement augmenté au cours des dernières années, 43 % avaient terminé une université privée.

« Le secteur privé a augmenté considérablement l’apprentissage à distance. On met moins l’accent sur le développement des compétences. L’approche nécessaire devrait être basée sur des faits. Il faut trouver une solution pour l’utilisation du bassin de main-d’œuvre inutilisée », a déclaré Leyton.

Le Ministre de l’Éducation, Pricopie Remus, a déclaré, par la même occasion,qu’il était difficile d’adapter les exigences de formation du marché du travail parce que la société est en train de changer très rapidement, tandis que l’école a un haut degré de conservatisme.

« Nous devons comprendre que l’éducation n’est pas un attribut du ministère de l’Éducation, ou du directeur d’école, ou de l’académie, mais de la société tout entière », a déclaré Pricopie.

Le Ministre a ajouté que l’éducation en Roumanie avait besoin d’un financement adéquat, pour que les politiques publiques aient du contenu, mais aussi une « prévisibilité des réformes ».

Pour sa part, le ministre du Travail, Mariana Câmpeanu, a dit qu’il existait un besoin de changement d’approche aux politiques du marché du travail, mais aussi une attention accrue à l’amélioration des aptitudes des employés et des compétences professionnelles.

"La Roumanie est confrontée à des travailleurs peu qualifiés . (...) Une vague de main-d’œuvre qualifiée dans les industries est passée. Maintenant, il y a une tendance pour le semi-qualifié, qui fait face à des problèmes sur le marché européen, où il rencontre une réaction négative. On perçoit comme un danger le fait que les Roumains non qualifiés acceptent des salaires plus bas et des conditions de travail plus précaires" , a déclaré Câmpeanu.

Le ministre du Travail a déclaré que la Roumanie a besoin de développer son système d’éducation et de formation continue, et les employeurs doivent s’engager eux-mêmes davantage dans l’éducation et la formation de leurs employés.


Page visitée 5648 fois. Version imprimable

Dans la même rubrique Le vieillissement de la population de la Roumanie parmi les plus rapides de l’UE
lundi 14 octobre 2013

Les investissements étrangers ont augmenté l’an dernier pour la première fois depuis 2008
vendredi 18 octobre 2013

 
 
...
...